Auckland City Rail Link : les entreprises touchées par les fermetures de routes veulent une « équité » grâce à la mise à jour du fonds de difficultés


Un fonds de détresse mis en place par l’entreprise à l’origine du projet City Rail Link d’Auckland, qui s’élève à 4,4 milliards de dollars, a été « mis à jour », mais les entreprises touchées ne pensent toujours pas qu’elles obtiennent un accord équitable.

Sean Sweeney, chef de la direction de City Rail Link Limited (CRLL), a déclaré que le fonds avait été « récemment mis à jour » après des discussions avec les entreprises de la rue Albert.

Auparavant, le plafond de l’aide au loyer était de $75,000, mais il a maintenant été porté à $100,000.

Mais Sunny Kaushal, propriétaire de l’hôtel Shakespeare, qui représente environ 18 petites entreprises « en difficulté », a déclaré qu’elles recherchaient toujours « l’équité ».

LIRE LA SUITE :
* Auckland City Rail Link : Goff dit que le fonds de difficultés entre les mains du conseil
* Les propriétaires d’entreprises d’Auckland déçus par le fonds de difficultés de City Rail Link
* Auckland City Rail Link : Fonds de difficultés pour les entreprises perturbées

« La LCR fonctionne qui a affecté ces entreprises [have] n’ont pas été prises en considération. Nous avons fait face à une situation grave entre juillet 2016 et août 2019. »

Sunny Kaushal, propriétaire de l'hôtel Shakespeare et d'autres propriétaires d'entreprise Albert St veulent une indemnisation pour trois ans de travaux de City Rail Link, et non pour six mois.

Dougherty/Stuff Abigail

Sunny Kaushal, propriétaire de l’hôtel Shakespeare et d’autres propriétaires d’entreprise Albert St veulent une indemnisation pour trois ans de travaux de City Rail Link, et non pour six mois.

Kaushal a déclaré que des entreprises comme la sienne qui avaient subi des pertes de millions de dollars voulaient être indemnisées au cours des trois dernières années, et non au cours des six derniers mois.

« Venez nous voir, regardez nos livres. Le montant des pertes devrait être compensé parce que tout cela nous a été imposé par le projet », a-t-il déclaré.

« Nous n’avons pas invité la LCR à fermer nos portes. »

Bow Manoonpong, propriétaire de l’un des plus anciens restaurants thaïlandais d’Auckland, Mai Thai, a déclaré qu’elle fermerait ses portes en avril en raison de la LCR.

Les travaux de construction ont repris les routes et les chemins menant aux entreprises de la rue Albert.

Dougherty/Stuff Abigail

Les travaux de construction ont repris les routes et les chemins menant aux entreprises de la rue Albert.

Le fait que son bail expirait était le dernier clou dans le cercueil.

« Mai Thai est comme mon bébé, je l’ai depuis 32 ans », dit-elle.

Manoonpong a calculé qu’elle avait perdu environ 40 % de sa clientèle en raison de la construction de CRL.

Elle a dit qu’elle choisissait maintenant de se concentrer sur son autre restaurant, le Grasshopper Restaurant and Bar, alors que la lutte pour l’indemnisation se poursuit.

Sweeney a dit Des trucs les entreprises admissibles à l’aide à la location recevraient un montant forfaitaire rétrodaté jusqu’en septembre 2019, date à laquelle les travaux le long de la rue Albert devaient initialement être terminés, et des paiements mensuels réguliers pouvant atteindre 100 000$.

Selon lui, d’autres changements apportés à la caisse de difficultés, mis à part le relèvement du plafond, comprenaient le report de la date d’admissibilité au 1er septembre 2019.

Le fonds était auparavant réservé aux entreprises qui se négociaient avant le début des travaux de construction en juillet 2016.

Cependant, seulement trois demandes ont été transmises à l’évaluateur indépendant de CRLL à ce jour, bien que la compagnie comprenne qu’un plus grand nombre de demandes sont « en cours d’élaboration ».

Malgré cela, Kaushal a déclaré que les entreprises de la rue Albert envisagent toujours de poursuivre une action en justice pour obtenir une indemnisation, même si le coût serait un obstacle.

« Comment pouvons-nous nous le permettre lorsque nous avons du mal à garder nos portes ouvertes, à payer le personnel et à louer ? »



Source link

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *