Accidents de la route : le FRSC appelle les syndicats des transports à l’aide


Insécurité : comment une fausse alarme a conduit le personnel du FRSC à entrer dans les brigands armés
Commission fédérale de la sécurité routière

Suite à l’augmentation de l’incidence des accidents de la route et des décès, le Corps fédéral de la sécurité routière (FRSC) a appelé divers syndicats des transports à contribuer à la réduction des carnages routiers.

Le commandant du secteur de l’État de Lagos du FRSC, M. Hyginus Omeje, a plaidé lors d’un entretien avec des journalistes vendredi à Lagos.

Omeje a déclaré que les effectifs avaient augmenté malgré les efforts du corps en termes de patrouille, d’illumination publique et de sensibilisation.

« Je veux faire appel à la direction de divers syndicats de transport pour que la sécurité routière dépasse ce que FRSC peut faire, c’est une entreprise collective. Il faut toutes les mains sur le pont.

» Nous avons besoin de National Union of Road Transport Workers (NURTW), Road Transport Employers Association of Nigeria (RTEAN), National Union of Petroleum and National Gas Workers (NUPENG), Petroleum Tanker Drivers Association, National Association of Road Transport Owners et d’autres.

« Nous avons besoin que tous les syndicats se réunissent. Nous avons besoin que les exploitants de flottes d’entreprise se joignent à nous.

« S’ils peuvent commencer les normes de sécurité à leurs extrémités respectives, la route sera plus sûre. Mais parce qu’ils ne font pas grand-chose, c’est pourquoi nous avons les problèmes que nous éprouvons.

« Si les exploitants de parcs de véhicules de l’entreprise s’assurent qu’avant d’employer un conducteur, tel est titulaire d’un permis, et qu’ils forment périodiquement ces conducteurs, la route sera sécuritaire », a déclaré le patron du FRSC.

Selon lui, si le NURTW, le RTEAN et d’autres peuvent aussi faire de même, les routes seront sûres.

« Je veux vraiment que le NURTW et le RTEAN fonctionnent comme des exploitants de flottes qui assurent des normes.

« C’est-à-dire garantir des normes minimales de sécurité des véhicules et prendre la formation des conducteurs très au sérieux. Ce sont des choses qui se traduiront par un environnement automobile plus sûr.

« La sécurité routière ne concerne pas seulement ceux d’entre nous portant un uniforme, c’est une responsabilité collective. Cela exige des efforts collectifs, des sacrifices collectifs et nous devons tous faire. »

Il a dit que le corps n’hésiterait pas à s’acquitter de son mandat d’assurer la sécurité sur la route.

Omeje a déclaré que le commandement intensifierait ses efforts sur l’éducation du public, la sensibilisation et l’éveil sur l’attitude positive à l’égard de l’utilisation des routes.

Avant-garde





Source link

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *